• Pas un seul policier ou militaire, dimanche à 10 heures, devant le bureau de vote, au moment où j'ai voté. J'en conclus que l'état d'urgence était levé, ce qui rendait ces élections plus que nécessaires, en tout cas, j'ai apprécié ce message (implicite) du gouvernement qui sait rassurer avec la plus grande discrétion : votez par millions, aucun danger d'attentat ! Mais faut croire qu'une bonne moitié de l'électorat ne savait pas que l'état d'urgence était levé. Bon, dimanche, vu que le pays est en guerre, et que les dégâts s'annoncent conséquents, je mettrai un drapeau blanc dans mon enveloppe pour arrêter la guerre fratricide de l'extrême droite avec la droite extrême.

    Daniel Mérino


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :