• 62 ans déjà que le peuple Palestinien souffre et lutte

    Quelle vie pour les Palestiniens depuis la création de l’État d’Israël ? 15 mai 1948 -15 mai 2010 ; 62 ans déjà !62 ans de souffrance permanente pour un peuple isolé, un peuple sacrifié, mais courageux et déterminé : le peuple palestinien qui, depuis 62 ans, subit la politique coloniale destructrice d’un État qui a été créé sur le malheur et la souffrance des habitants, sur leurs villes et leurs villages, sur leurs champs, leurs oliviers, leurs orangers… ; sur le patrimoine de la grande Palestine historique, sa culture, sa tradition d’ouverture et de respect des trois religions monothéistes.

    62 ans de massacres, 62 ans de déportations, 62 ans d’exils, 62 ans d’épreuves et de malheurs pour toute une population dans les territoires palestiniens et dans les pays de l’exil.

    62 ans de résistance, 62 ans de patience , 62 ans d’attente et d’espoir dans le triomphe de la justice : rien que la justice, mais toute la justice, et l’application des lois internationales !

    62 ans après le désastre inhumain causé par l’épuration ethnique de l’occupant à la création de l’État d’Israël, au milieu du silence complice des pays qui soutenaient et continuent de soutenir cet État d’apartheid , les Palestiniens commémorent aujourd’hui cet événement tragique de leur histoire, plus que jamais déterminés à continuer la résistance, par tous les moyens et sous toutes ses formes, pour obtenir leurs droits légitimes, notamment le droit de vivre en liberté.

    Oui, la commémoration de la Nakba rappelle l’injustice fondamentale de la spoliation et des massacres qu’a subie et continue de subir le peuple palestinien. Un peuple résistant, courageux et qui veut garder confiance dans l’avenir.

    En 2010, l’occupation continue de déporter des milliers de Palestiniens, d’annexer leurs terres, de détruire leurs maisons, de mener des guerres et des massacres contre la population, d’emprisonner arbitrairement des milliers de personnes, dont  80 femmes et 350 enfants : une Nakba ininterrompue… !

    En effet, aujourd’hui, 62 ans après, la situation actuelle en Palestine est toujours marquée dramatiquement par :

    - La poursuite de la politique coloniale de l’État d’Israël contre la population civile palestinienne à travers la confiscation de sa terre, la construction de nouvelles colonies dans ses territoires et la poursuite de sa politique de déportation ;

    - Le silence complice des pays dominants de la communauté internationale qui encourage les Israéliens à continuer leur politique raciste, contraire aux droits humains fondamentaux, contre les Palestiniens ;

    - Et plus, maintenant, la division entre les différents partis politiques en Palestine qui affaiblit la position palestinienne pour résister à l’occupation israélienne, à ses exactions et toutes ses mesures illégales et criminelles.

    Malgré cela, aujourd’hui, 62 ans après le drame initial qu’ont subi les Palestiniens, notre peuple conscient demeure très attaché à sa terre et aux principes suivants :

    - Le droit au retour est sacré, et tous les Palestiniens et leurs descendants réfugiés, en Cisjordanie, à Gaza, et dans des pays d’exil, depuis 1948 jusqu’à nos jours, ont le droit imprescriptible et inaliénable de retourner sur leurs villages et villes occupés en 1948, après les massacres commis par l’armée israélienne contre les civils palestiniens ;

    - La création d’un État palestinien libre et indépendant , géographiquement et économiquement viable, avec Jérusalem comme capitale ;

    - La poursuite, pour y parvenir, de la résistance sous toutes ses formes contre l’occupation et la colonisation israéliennes ;

    - La libération de tous les prisonniers palestiniens, détenus d’une façon illégale non-conforme aux conventions internationales et dans des conditions inhumaines dans les prisons israéliennes .

    Notre peuple est très attaché aux principes de la paix. Il est prêt à vivre en paix avec ses voisins, mais dans les conditions d’une paix réciproque basée sur la justice.

    62 ans déjà ! Malgré les massacres, les crimes et toutes les mesures d’oppression prises par l’occupation, nous n’oublions pas nos territoires de 1948 et nous n’oublions pas la souffrance indicible que notre peuple continue de subir.

    62 ans déjà ! Nous ne partirons pas d’ici malgré la répression et les conditions de vie inhumaines que nous connaissons. Nous resterons ! Toujours très attachés à notre terre et aux principes de la paix !

    62 ans après, jour pour jour, nous souhaitons lancer trois messages :

    Il faut que la communauté internationale cesse de légitimer la politique de spoliation et d’apartheid de l’État d’Israël qui est responsable des massacres de milliers de Palestiniens.

    Les Israéliens et le monde entier doivent comprendre que nous n’oublierons jamais l’histoire noire de l’occupation et que nous ne quitterons jamais notre terre malgré ce que l’occupant nous fait subir. Nous ne partirons pas ! Ici est notre terre. Ici sont nos maisons. Ici, notre patrie, la Palestine !

    Nous appelons instamment les différentes tendances politiques en Palestine et dans la diaspora de l’exil à s’unir pour renforcer la lutte et la résistance contre l’occupation et la colonisation israéliennes.

    Aujourd’hui, 62 ans après la Nakba, la dramatique réalité demeure et s’aggrave. Les Palestiniens où qu’ils se trouvent, continuent d’aspirer à la restauration de leurs droits fondamentaux, leur droit à la vie en tant que peuple, à la liberté et à la jouissance de la paix et de la sécurité sur leur terre.

    Les Palestiniens continuent de résister pour la restauration de leurs droits légitimes.

    Et seul le chemin de la justice pourra conduire à la paix !

    Par Ziad Medoukh, Professeur de français. Université de Gaza,

    paru dans l'Humanité


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :