• Extrait du blog de Jean Luc Mélenchon

    SARKOZY VERT … (de RAGE?)

    billard 2Cette annulation de la loi sur la taxe carbone nous rend justice. Je me souviens trop encore de la tête de ceux qui nous regardaient comme des coupeurs de cheveux en quatre, ergoteurs jamais contents et ainsi de suite. La lecture de l’avis du Conseil Constitutionnel tranche. Nous avions raison. Un point c’est tout. Notamment quand nous expliquions que la loi Sarkozy exonérait en fait la très grande majorité des émissions d'origine industrielle tandis que dans le même temps bon nombre de ces industries polluantes ne seront pas soumises aux quotas de carbone fixés au niveau européen avant 2012. Et pareil pour l’exonération du transport routier et aérien, pourtant grand émetteur de gaz à effets de serre. Au total dans le style et les motifs qui sont les siens, le Conseil Constitutionnel annule la loi pour des raisons qui correspondent à un grand nombre des critiques portées par le Parti de Gauche lors du débat parlementaire.  Pour nous ce n’est pas rien. Car c’est bien le système que nous avions mis à nu qui est montré du doigt. Exemptions arbitraires d’un côté égale charges indues de l’autre. Le cœur de l’injustice créée c’est donc bien celle qu’auraient subie les ménages puisqu’ils sont les principaux contributeurs pour cette nouvelle taxe. Et cela alors même qu’ils sont ceux qui ont le moins de possibilités de modifier leur comportement du fait des choix contraints auxquels ils sont soumis, par exemple en matière de mode de transport ou de chauffage. Les députés du Parti de Gauche, autour de Martine Billard et Marc Dolez avaient d'ailleurs défendu des amendements de suppression de nombre des exonérations pointées par le Conseil Constitutionnel. Ici j’avais repris leurs arguments. Nous n’étions pas les seuls dans ce registre. Le gouvernement et Nicolas Sarkozy se gargarisaient aux applaudissements des hallucinés de l’industrie du spectacle et de la communication : le grand jour du capitalisme moral et vert s’était levé ! Pschitt ! Pschitt et repschitt !  Bien sur ça ne change rien au fond. Il est là. Il va recommencer. Mais la guerre de guérilla juridico politique est aussi notre arme depuis que les grandes armées sont encalminées. A chaque jour suffit sa peine. Il faut que chaque jour qui passe permette à chacun de comprendre que ces gens et leur système ne savent rien faire d’autres que du mal à ceux qui ne peuvent pas se défendre et des bruits avec leur bouche pour tous les vrais problèmes d’intérêt général ! Après l'échec de la méthode Sarkozy à Copenhague, après l'échec de cette taxe carbone, injuste socialement et inefficace en ce qui concerne l’intégrité de l’environnement, les esprits finiront par s’ouvrir à l’idée que la réponse au défi du changement climatique est ailleurs. Oui, il faut changer de modèle économique. Mais cela dépend de la définition ferme d’une politique volontariste. Comment y parvenir sans planification écologique ? Notre proposition de loi sur ce thème a été votée a l’assemblée nationale par tous les partis de gauche. C’est de ce côté qu’est l’alternative. 

    LES ABEILLES

    09012008251Les négociations sont mal en point au Front de Gauche. Je fais la part qui revient aux intrigues byzantines qui traversent les rangs de nos partenaires et compliquent leur prise de décisions. Mais à ma place je ne m’intéresse qu’aux effets généraux que produit un système. Et le fait qu’il  échappe à peu près complètement à ceux qui sont censé le contrôler n’y change rien.  Le Front de gauche est une formule unique en Europe. Ce n’est pas la seule. Je les ai toutes en vue parce que je ne suis pas un dogmatique. Nous devons déclencher une dynamique ou bien nous ne servons à rien. Réduire le Front de gauche à une bonne vieille alliance à l’ancienne avec son centre et sa périphérie est la formule magique avec laquelle le parti communiste espagnol a tué « izquierda unida ». Je mets en garde contre la tentation d’oublier l’expérience des amis. Déjà, j’ai les abeilles en lisant « l’Humanité », journal dont j’ai mille fois fait la publicité et dont je suis un abonné. Mon quotidien parle sur les questions qui concernent le Front de gauche la langue de la fée clochette. Un univers magique ou tout va mieux grâce au PCF. Pourquoi pas. Ça donne en légende de photo « le PCF lance l’idée de Front de gauche dynamique ouvert aux contestataires du système et pour construire une politique à gauche. » Wee ! Wee ! Evidemment, ca n’a rien à voir avec les faits. Mais à Noël règne la guirlande d’apparat. C’est mieux que « l’Huma dimanche » qui, elle, me taille un costard à propos de ma proposition aux Verts. Passe encore ! Un journal peut aussi aider les ruses d'une organisation, je n'y ai pas d'objections. Mais qu’il me prête des raisonnements aussi faibles à propos du PS qui ne sont pas les miens voilà qui est le comble. Mais heureusement, « L’huma dimanche » aussi avait rassuré tout le monde : «  le Front  de gauche avance grâce aux communistes » Ouf ! Ça redonne le moral En fait et en réalité les communistes ont voté en congrès qu’ils voulaient faire « des » fronts, élection par élection, lutte par lutte. Quand nous décidâmes de nommer « Front de gauche » notre alliance aux européennes cela fut finalement accepté en y adjoignant la mention « pour changer l’Europe ». Nous n’avons aucune difficulté avec tout cela. Nous sommes parfaitement d’accord pour qu’une stratégie soit d’abord vérifiée avant d’en faire une ligne définitive. Mais le fait demeure. Non de notre initiative mais du fait que les porte parole communistes y reviennent sans cesse chaque fois qu’ils veulent « remettre le compteur  à zéro ». C’est tellement vrai que, comme en 09012008253témoignent les rapports de Pierre Laurent et de Marie Georges Buffet devant le conseil national du PCF et reproduits dans le supplément « communistes »  de « l’humanité », cette définition « des Fronts » est celle qui justifia la stratégie à géométrie variable sur laquelle débouche la pratique de notre partenaire telle que des régions font alliance avec le PS au premier tour, deux hésitent encore à la date d’aujourd’hui et dix-sept autres partent dans la formule du Front de Gauche.  Le concept « d’un » front est la proposition du PG. Nous sommes heureux qu’elle soit devenue un patrimoine commun. Mais il est d’une toute autre nature. Il implique une dynamique collective. C’est le mot « collective » qui compte. Cela signifie qu’il n’y a pas de parti guide ni aucune de ces vieilleries du siècle précédent. Le dire n’efface ni les différences de taille et d’influence (personne ne conteste la primauté en nombre des communistes), ni non plus les autres réalités qui composent un champ politique en mouvement.  Pas la peine de faire un dessin. Ma candidature en Île de france n' a pas pour objet mon ambition mais ma contribution. Quoi qu'il en soit, pour nous le Front de gauche est destiné à évoluer. Comme le disent d’ailleurs les communistes eux-mêmes « il ne doit pas nous enfermer ». L’objectif doit rester d’y inclure tous ceux qui en comprennent la nécessité pour être crédibles devant nos concitoyens. Oui, crédibles, si nous voulons réellement leur proposer de prendre en main les affaires du pays.  Donc il ne peut être question de renoncer à s’entendre avec le NPA si rude que soit la piste qui y conduit. Ni avec les autres partenaires de l’autre gauche. Ni avec les Verts, dernière force de gauche disponible pour faire une majorité de Gauche sans le Modem. Si les Verts écartent le Modem, compte tenu du rapport de force électoral, ils ont vocation à mes yeux à être le centre de gravité de la recomposition générale de la gauche dont le pays a besoin. J’assume ce que j’écris à condition qu’on le lise tel que je l’écris. Vous avez bien lu, cher rédacteur de « l’Humanité Dimanche » ? En majuscule? « SI LES VERTS ECARTENT LE MODEM ». Est-ce bien lu ? Je vais expliquer. Cela signifie: s’ils sont d’accord pour faires des majorités sans le Modem. Ou autrement dit : s’ils ne veulent pas du modem. Ou autrement dit : s’ils refusent l’accord avec le modem au deuxième tour. Je pense que tout le monde a compris cette fois ? Je me demande pourquoi je me donne ce mal ! Car tout cela a déjà été dit et conservé en vidéo. Et de plus écrit sur ce blog. Mais bien sur personne n'est obligé de regarder tout ça. A "L'huma dimanche" non plus. Ni même de respecter ses amis. Quand on en a autant! Un de plus un de moins, quelle différence? Je suppose que c'est ça le raisonnement qui conduit à ce genre de prose. N'empêche ! Moi, ce que je voudrais comprendre c’est ce que préparent ceux qui ne disent rien sur le sujet. Et quel genre de commentateurs peut être sérieux en contournant cette question ? Que veut dire ce fait que « l’Humanité » quotidienne, dans son papier hagiographique sur le protectorat bienveillant du PCF, voit Martine Aubry « n’écartant pas, par ailleurs, des alliances avec le Modem ». N’écartant pas ? On ne regarde pas la télé à « l’Humanité » ? On n’écoute pas la radio ? Alors qu’on lise mon blog et qu’on vérifie si mes citations sont inexactes sur ce sujet ! Martine Aubry ne se contente pas de « ne pas écarter l’alliance avec le modem » ! Elle a dit qu’elle 030220094472souhaitait cette alliance ! Cette bienveillante indulgence a-t- elle un sens politique ? En fait le papier de « l’Huma dimanche », pour y revenir,  a troublé l’image de ce journal. C’est son affaire. Mais il trouble surtout l’identité du Front de gauche. Ce front n’est pas une combine électorale. Ni un brevet de pureté que délivrerait un comité de saintes personnes. C’est une formule politique mise au service exclusif d’un but politique. Ce but c’est la construction d’une nouvelle majorité électorale (oui, électorale !) de gauche dans ce pays sur la base de la rupture avec le capitalisme et le productivisme.  Comment y parvenir ? Je ne cesse de faire des propositions concrètes et non sectaires sur ce sujet. Il m’y est répondu par des formules de suspicion. Comment allons-nous faire pour constituer cette majorité ? Comment ? Ça c’est le débat, concret, pratique, réel. C’est de cela dont il faudrait parler dans "l’humanité dimanche" plutôt que de m’y faire des procès en sorcellerie. D’autant que  jusqu'à ce jour, ce sont des élus communistes qui sont allés rejoindre Europe écologie, sans condition politique ! Et jusqu'à affronter comme Stéphane Gatignon en tête de liste d’Europe Ecologie du 93 , Marie Georges Buffet tête de liste dans le même département. Cela trouble l’image du PCF. D’autant qu’il reste muet sur le sujet. Et sa presse aussi, si prompte, pour le reste, à me chercher pouilles,  de même.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :