• Intervention Jean-Luc Mélenchon sur le droit de mourir dans la dignité


  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Avril 2012 à 11:11

    Toutes les lois de par le monde qui permettent l'euthanasie ou l'assistance au suicide (hollandaise, belge, luxembourgeoise, suisse, orégonnaise ou whashingtonnienne), et tous les projets discutés en France exigent que la personne qui demande à mourir soit atteinte d'une maladie incurable et subisse des souffrances inapaisables. Toutes font intervenir un médecin pour prescrire ou administrer l'overdose d'hypnotique qui lui donnera une mort paisible. Où est la liberté du citoyen de disposer de sa vie alors qu'il ne peut mourir que si un ou plusieurs médecins en décident ? L'incohérence entre la vocation du médecin (maintenir la vie) et la requête du patient (interrompre la vie) fait que dans l'application concrète de ces lois 60 à 90% des demandes sont le plus légitimement du monde rejetées.

    La solution n'est elle pas que:

    - la loi confie à d'autres qu'au corps médical la protection des ados en mal d'amour, des chefs d'entreprise en faillite, et autres impulsifs du suicide?

    - que la décision du citoyen soit reconnue comme souveraine quand elle est lucide, libre, réfléchie et informée, et qu'elle puisse être authentifiée comme telle?

    - que des moyens humains soient mis à disposition de la personne qui a légitimement décidé de mourir sans l'obliger à se pendre, s'envoyer une balle dans la tête, se noyer, se défenestrer, se jeter sous un  train etc.... comme le font en France de l'ordre de 3000 vieillards chaque année? Sans compter les tentatives malheureuses qui remplissent les lits de réanimation ou de réadaptation avant une récidive.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :