• Le droit des femmes à procréer ou non effacé à Rio+20

    La déclaration finale exclut toute expression déclarant que toutes les femmes du monde ont droit à l'avortement et à la contraception.


    Le débat a été houleux, les pressions fortes mais la notion de « droits reproductifs des femmes » a été exclue de la  déclaration finale de la conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio + 20. Les droits affirmant que les femmes ont le pouvoir de décider si elles veulent des enfants, quand et combien, ne figurent pas dans ce document. Un texte dont beaucoup de femmes auraient pu se prévaloir dans le monde.  
    Le Vatican, en tant qu’observateur mais aussi  la Russie, le Honduras, la République dominicaine, le Nicaragua, le Chili, la Syrie, l’Egypte, et le Costa Rica ont fait pression pour que cette mention soit retirée.
    Les opposants à l’avortement manifestement très bien organisés, ainsi que le montre cet article s’en réjouissent ouvertement.

    Qui décide du sort des femmes pauvres ?

    Les défenseurs de ces droits semblent avoir sous-estimé cette force de frappe. « Hillary Clinton a déploré vendredi que le texte final de la conférence de l'ONU Rio+20 ait exclu la mention sur le droit des femmes à décider d'avoir ou non des enfants. »  rapporte l’AFP. Elle annonce que « les Etats-Unis vont travailler pour faire en sorte que ces droits soient respectés dans les accords internationaux »
    De même, Mary Robinson ex-présidente irlandaise a critiqué l'opposition et les pressions du Vatican aux droits reproductifs : « que savent les hommes célibataires sur la vie, la santé, et les décisions des femmes pauvres ? demande-t-elle dans un interview au journal O Globo.
    Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International est d’accord : « Il est scandaleux qu'une nouvelle fois une assemblée dominée par les hommes veuille dicter aux femmes ce qu'elles doivent faire de leur corps.
    Au final «C'est une tragédie que des États, avec l'influence du Vatican, aient retiré ce droit aux femmes», a déclaré Jessica Evan, de Human Rights Watch citée par le journal canadien lapresse.ca.

    Isabelle Germain


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :