• Le fonds d'aide européen, «un mécanisme de chantage»

    Le gouvernement a adopté ce mercredi le Mécanisme européen de stabilité, qui doit prendre le relais du FESF pour aider sous conditions les pays européens en difficulté. Un instrument antidémocratique, estime le secrétaire à l'économie du Parti de gauche, Jacques Généreux.

    Que reprochez-vous au Mécanisme européen de stabilité ?

    D'abord, de bien mal porter son nom. La seule chose qui stabiliserait l'euro serait de s'attaquer aux causes de la crise des dettes. D'une part, la libéralisation de la finance, qui fait que les capitaux circulent librement et que tous les produits toxiques de spéculation sont autorisés. De sommet en sommet, il n'a jamais été question de s'attaquer à ces instruments.

    D'autre part, les gouvernements européens ont choisi de dépendre du marché mondial des capitaux en s'interdisant d'emprunter auprès des banques centales. Pour s'abriter de la spéculation et se financer, il faut permettre à celles-ci de souscrire la dette publique à taux zéro, ou très faible. Le système ne conduira pas forcément à un laxisme financier de la part des Etats, on peut imaginer des règles pour assurer une certaine prudence.

    Quelle différence avec le FESF ?

    Quasiment aucune, l'un remplace l'autre. Le FESF était un bricolage d'urgence entre Etats, le MES sera inscrit dans le mécanisme institutionnel européen, sous forme permanente. Il s'agit en fait de créer un FMI européen pratiquant la même politique de conditionnalité stricte, c'est-à-dire imposant des politiques libérales de rigueur en échange du soutien financier.

    Pour ses promoteurs, la rigueur est la contrepartie naturelle de la solidarité...

    C'est un mécanisme de pression et de chantage que l'on veut institutionnaliser. Comme le faisait le FMI pour contraindre les pays pauvres à la libéralisation. En pure perte, d'ailleurs, car les 500 milliards du MES sont une somme ridicule par rapport au poids d'un grand pays comme l'Italie, par exemple. Les gouvernements se refusent à prendre des mesures à la hauteur des enjeux, et se replient sur la doctrine archaïque de la rigueur.

    Quelle alternative proposez-vous ?

    Le bon sens enseigne que la seule solution est la restructuration, voire l'annulation pure et simple d'une partie de la dette. Et le recours à la banque centrale comme prêteur de dernier ressort pour racheter celle-ci. Ensuite, sur le moyen et long terme, on peut bien sûr négocier des réformes, choisies démocratiquement par le pays concerné. Sur un temps long, on peut viser l'équilibre financier et une dette raisonnable. Mais il est absurde de le faire dans l'urgence de la crise.

    Dans l'état actuel des rapports de force européen, une telle solution n'est-elle pas irréaliste ?

    Pour l'atteindre, il est nécessaire que, dans un pays au moins, une gauche progressiste soit majoritaire et démontre que l'on peut faire autrement. C'est cela qui peut changer le rapport de forces, en provoquant un effet d'entraînement dans les autres pays. C'est possible sans quitter l'euro ni l'Union européenne, simplement en désobéissant à quelques dispositions des traités qui empêchent de contrôler les mouvements de capitaux.

    Pourquoi Jean-Luc Mélenchon dénonce-t-il une ratification «en catimini» ?

    La procédure retenue permet à ce mécanisme d'échapper au débat public. Le peuple n'est pas consulté alors que l'on s'apprête à constitutionnaliser - puisque les traités sont supérieurs au droit national - un traité qui oblige à pratiquer un type particulier de politique comme condition à la solidarité financière.

     Dominique Albertini

    (Photo DR)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :