• Les municipales : élections nationales

    Les élections municipales seraient-elles des élections purement locales, presque sans enjeu politique ?

    Nous ne le pensons pas. Bien sûr les élections municipales sont des élections locales. Mais ce sont d’abord des élections politiques et nationales.

    Une élection de masse
    Le même jour, le 23 mars, 45 millions d’électeurs sont appelés à choisir entre près d’un million de candidats pour élire 500 000 personnes pour 6 ans. Qui peut croire que l’expression de 45 millions de personnes le même jour n’a pas de signification politique nationale ?

    Le 1er vote dans tout le pays depuis 2012
    Les municipales seront les premières élections organisées dans tout le pays depuis les élections présidentielle et législative de 2012. Ce sera la première occasion de dire dans les urnes ce qu’on pense de la politique de François Hollande !  C’est d’autant plus vrai que près de la moitié du gouvernement est candidat : pas moins de 15 ministres sur 38 se présentent aux élections municipales

    Les élections municipales ont des conséquences parlementaires
    Les conseillers municipaux élus les 23 et 30 mars prochain voteront pour élire des sénateurs. La moitié d’entre eux votera même dès septembre prochain pour les élections sénatoriales dans la moitié des départements.  Or 95% des grands électeurs pour l’élection du Sénat viennent des conseils municipaux. Les municipales auront donc un impact direct sur la composition du Sénat.

    Hollande a fait le programme municipal du PS : l’austérité
    Un quart du budget des communes dépend des dotations que l’Etat leur verse chaque année.
    Jean-Marc Ayrault a déjà fait voter la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales pour un montant de 1,5 milliards d’euros en 2014 et autant en 2015.  Selon Le parisien du 4 mars dernier, le gouvernement va imposer 10 milliards d’euros d’austérité de plus aux collectivités d’ici 2017.
    Avec sa politique d’austérité, François Hollande fixe à l’avance, les budgets des communes !

    Un vote en plein débat sur la décentralisation
    François Hollande a déjà fait voter une première loi pour accentuer la concurrence entre les territoires. Il a instauré les « métropoles » qui vont fonctionner comme un aspirateur.  Le gouvernement a déjà prévu une deuxième loi pour aggraver encore la concurrence entre les territoires avec des regroupements autoritaires de régions, la création d’un pouvoir d'adaptation réglementaire aux régions…

    Aux municipales,   dites « stop » avant l'autre loi de décentralisation annoncée par François Hollande. Ne votez que  pour les listes qui refusent les métropoles et prônent un développement équilibré du territoire.

    Même François Hollande le disait… en 2008
    « Ce sont des élections politiques. Car, même au plan local, c’est de la politique que de vouloir décider de l’avenir de sa propre cité. » (François Hollande, 20 janvier 2008, discours devant les secrétaires de section du PS)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :