• Mélenchon : pour une surprise ?

    Jean-Luc Mélenchon apparaît comme le parfait trouble-fête de la campagne présidentielle de 2012. A moins de cinq mois du premier tour, le président du Front de gauche affiche sa confiance.

    Jean-Luc Mélenchon est confiant

    Jean-Luc Mélenchon est confiant SIPA/SIMON ISABELLE

    « Il a une vraie carte à jouer. Je suis certaine qu'il peut frapper un grand coup. Certains pensent que Mélenchon est un feu de paille mais il est le seul à dire la vérité aux Français et ça va payer. J'en suis certaine » expliquait avec conviction, une des supportrices du président du Front de gauche lors de son discours à Talence (Gironde).

    Cette confiance, Jean-Luc Mélenchon la partage. Il faut dire qu'il a réussi à prendre la tête de la gauche antilibérale à moins de cinq mois de l'élection présidentielle. Une performance. Éva Joly est éclipsée tout comme les autres candidats de gauche... Et les sondages plaident en faveur de Mélenchon. La courbe des intentions de vote ne cesse de croître. Le candidat du Front de gauche est en effet solidement ancré à 7% ou 7,5% dans les sondages, un score auquel n'étaient plus habitués pour un scrutin présidentiel ses alliés communistes.

     

    « Je suis convaincu que nous serons la surprise de cette élection », dit à Reuters Alexis Corbière, secrétaire national du Parti de gauche fondé par Jean-Luc Mélenchon, 60 ans, après le départ de ce dernier du Parti socialiste en 2008. Ce proche met en avant l'ardeur du député européen sur le terrain, sa capacité à rassembler et, surtout, sa « parole claire », une allusion au flou entretenu aux yeux de la gauche radicale par le candidat socialiste François Hollande. Au Front de gauche, on y croit.

    Un réel succès sur le terrain

    Jean-Luc Mélenchon a de l'ambition. Pas question d'être un « petit » candidat. L'homme veut peser sur le débat. Alors il le répète « voter pour moi, c'est un vote utile en ces temps de crise ». « Il est celui qui rassemble le plus dans ses meetings, comme les 2.000 à 3.000 personnes » présentes la semaine dernière à Talence, explique Alexis Corbière.

    C'est d'ailleurs à Talence que Jean-Luc Mélenchon s'est fixé jeudi dernier pour objectif ambitieux de devancer le candidat PS. « Nous nous battons pour être en tête de la gauche. Je sais que, parfois, ça attire des sourires mais comment peut-on faire campagne autrement ? », a-t-il dit. Parallèlement, le programme du candidat et du Front de gauche s'est vendu à 250.000 exemplaires. Toute la difficulté pour Jean-Luc Mélenchon est de faire passer l'idée qu'il ne suffit pas de voter socialiste pour battre Nicolas Sarkozy.

    « Méluche » a fait une « offre publique de débat » au candidat socialiste, insistant sur le fait que François Hollande est un « concurrent » et qu'une telle rencontre serait la clé d'une victoire de la gauche en 2012. Mais le député de Corrèze a répondu mardi qu'il n'était pas favorable à ce type de confrontation. Même à gauche, Mélenchon est craint. Un bon signe avant la présidentielle.

    Actu France Soir

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :