• Ne rien lâcher !

    71 % des Français soutiennent les mobilisations de ce samedi. Et si la peur avait changé de camp ?

    «Nous avons le potentiel pour empêcher cette réforme. Il y a eu jusqu’à présent une forte mobilisation des salariés et un large soutien de l’opinion. À nous d’être convaincants. » À sa manière, le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, résumait la situation, hier matin, alors que la France s’apprête à descendre dans la rue pour dire « non » à la casse de nos retraites, « non » à la destruction des solidarités républicaines. Ce samedi, les citoyens défileront dans 230 villes : autant que 
le 23 septembre ! Non seulement le bras de fer s’amplifie, mais la « décélération incontestable » fantasmée par l’Élysée trouve chaque jour des démentis cinglants. 
La prise de conscience progressive a déjà modifié le rapport de forces.

    Partout, les efforts consentis par la population pour amplifier la contestation donnent à voir l’ampleur du temps-citoyen qui est le nôtre et qui n’est pas sans rappeler les mobilisations ascendantes observées lors du référendum de 2005 ou du CPE en 2006. Dans les deux cas, il avait fallu de nombreuses semaines pour désinstaller la propagande d’État. Il est trop tôt pour prédire l’issue du conflit actuel, provoqué par une contre-réforme insupportable, autant par son contenu que par les moyens utilisés pour l’imposer à une opinion de plus en plus hostile. Dire que la suite dépend en partie de la réussite des mobilisations d’aujourd’hui, et du succès de celles du 12 octobre prochain est une évidence qui ne s’arrêtera pas à la ridicule « bataille des chiffres » – à propos de laquelle rarement, dans notre histoire contemporaine, les services de l’Intérieur se seront montrés autant ridicules…

    Car le climat a muté, la vérité creuse son sillon. Tous ceux qui tentent d’analyser avec sérieux 
le paysage social ne le cachent pas : un durcissement est possible. L’intransigeance idéologique du Palais comme les provocations du chef de l’État lui-même sur le dossier en question constituent autant de points d’appui « naturels » pour subjuguer la colère. À vouloir nier la réalité, le pouvoir affiche un tel mépris qu’il insulte l’avenir, comme si le présent devenait si brûlant qu’il faille le travestir. Osons une explication : et si la peur avait changé de camp ? Et si la gigantesque entreprise de conditionnement mental des Français organisée par tous les réseaux d’influence de la Sarkozye finissait par se retourner contre elle ?

    Comme le montre notre sondage exclusif CSA, pas moins de 71 % des Français interrogés soutiennent les mobilisations de ce 2 octobre. Un record depuis le début du conflit sur les retraites ! La France des luttes, celle qui ne se résout jamais à la domination et aux injustices, peut-elle remporter cette victoire idéologique si importante pour notre avenir commun ? Du haut de sa morgue, Sarkozy ferait bien de se méfier, lui qui vient d’atteindre le seuil plancher de sa cote de popularité : 26 % d’opinions favorables. Là aussi, du jamais-vu ! Claquemuré dans sa religion libérale, il vient encore d’utiliser des termes stupéfiants : « Je peux dire aux 15 millions de retraités et aux 700 000 retraités de plus chaque année : vos retraites seront payées. » Le mensonge est si primitif qu’il n’étonnera personne. Grossièreté, monocratisme, inégalité : tels sont les fondements du néocapitalisme, dont Sarkozy est l’un de serviteurs les plus zélés. Sa « réforme » des retraites, qualifiée pompeusement de « mère de toutes les batailles », en est la pointe avancée. Raison de plus pour ne rien lâcher.

     

    Jean-Emmanuel Ducoin


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :