• Non à l’escalade criminelle

    Dimanche 24 Février 2013
      Le Parti de Gauche

    Paraguay1

    Le gouvernement de facto de Frederico Franco, issu du coup d’Etat constitutionnel organisé en juin 2012 contre le Président élu Fernando Lugo, maintient le peuple paraguayen dans un climat de violence permanent.

    Huit mois ont passé depuis la « rupture de constitutionnalité » au Paraguay et la répression fait rage sur toute tentative de résistance de la part des organisations paysannes et de ses militants.

    Ce Mardi 19 février, dans le département de Concepción, deux tueurs à gage ont assassiné devant son domicile le dirigeant paysan Benjamin Lozcano dit "Toto". Benjamin Lozcano luttait contre le pillage des terres arables paraguayennes par des multinationales de l’agrobusiness, contre les plantations de soja génétiquement modifié et l’installation de la multinationale minière canadienne Rio Tinto Alcan, connue pour ses méthodes des plus douteuses. Ces derniers mois, le pouvoir en place a en effet livré en pâture des pans entiers du territoire au mépris des droits les plus élémentaires de la petite et moyenne paysannerie.

    La situation de déliquescence de l’Etat de droit au Paraguay se traduit également par une justice corrompue qui a jeté en prison les paysans sans terre, survivants du massacre de Curuguaty le 15 juin 2012 et laissé en liberté ses véritables responsables. Ce massacre avait alors servi de prétexte a la destitution de Fernando Lugo.

    Dans ce contexte de féodalisation du pouvoir agricole et de répression systématique, alors que le gouvernement est isolé dans la région, le ministre des affaires étrangères du Paraguay sera en visite dans l’ Union européenne au mois de mars, gageons que les gouvernements européens ne se rendront pas complices par leur silence de cette situation dramatique.

    Le Parti de Gauche condamne cette escalade criminelle et renouvelle son soutien inconditionnel aux forces progressistes, aux organisations paysannes. Nous demandons la libération des prisonniers politiques de Curuguaty et souhaitons que la justice internationale fasse toute la lumière sur cette affaire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :