• Remarquable !

    Avec un peu  plus de 3 700 000 voix le candidat du Front de Gauche augmente de 3 000 000 de voix le score obtenu en 2007 par la candidate du Parti communiste. Il est donc le seul candidat à avoir réalisé une percée que l'on peut qualifier d'inouïe s'agissant d'une élection présidentielle qui n'a jamais été propice aux forces de la radicalité. Cela est la première remarque.

    S'agissant du score obtenu par la candidate du Front National, rappelons que dans un contexte d'abstention à 28,40% le candidat lepéniste obtenait 5 487 000 voix soit 16,86% des suffrages exprimés auxquels il faut rajouter 2,34% recueillis par Bruno Mégret, ce qui faisait un total de 19,20% pour l'extrême-droite. Il ressort donc de ces observations que le Front National "ne fait que" retrouver le haut niveau de 2002, perdant même 1%, il ne saurait donc être question de percée. Les voix syphonnées en 2007 par Nicolas Sarkozy, ramenant le score du Front National à 10,44% se retrouvent donc en 2012 dans le score de Marine Le Pen.

    Alors pourquoi tout ce bruit autour du score du Front National et le silence sur la remarquable irruption du Front de Gauche sur la scène politique ? C'est que ce résultat ouvre des possibles que d'aucuns préfèreraient taire. En 2007, les résultats cumulés du PCF et de l'extrême gauche donnent 6,72% et en 2012 ceux du FG, de NPA et LO donnent 12,6%.

    On voit donc que les 11% du FG sont appelés à s'élargir. Ainsi, avec 707 000 voix à la présidentielle, le PCF obtiendra 15 élus à l'Assemblée Nationale en 2007, il est donc raisonnable d'espérer qu'avec 3 000 000 de voix en plus le FG peut prétendre à un groupe de 40 à 50 élus.

    Si nous devons tout faire pour battre Nicolas Sarkozy, nous pouvons oeuvrer dans le même temps pour que le Parti socialiste n'obtienne pas la majorité absolue à L'Assemblée Nationale, car seuls les candidats du FG sont en capacité de combattre jusqu'au bout le pouvoir financier et toutes les politiques d'austérité dont se réclament les uns et les autres, qu'ils soient de gauche, de droite ou d'extrême droite.

    La campagne électorale excellente menée par Jean-Luc Mélenchon, les partis du Front de Gauche et tous ceux qui se sont joints au Front de Gauche est la première étape victorieuse dans la marche vers la réalisation du seul programme réaliste et efficace "l'humain d'abord".

    Daniel Mérino


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :