• Salaire des patrons : légiférer à bon escient

    par Jean-Luc Mélenchon

    Le salaire des patrons fait débat. Au point d’obliger bien du monde à prendre position. C’est un heureux changement à mettre au crédit de l’ambiance qui règne depuis la loi El Khomri et les « Nuits debout ». Mais le sujet mérite d’être traité autrement qu’avec des tirades qui, à force de bruit, finissent par n’avoir pas de sens réel. En premier lieu, parler des « patrons » comme d’une classe homogène est aussi creux que de parler de « paysans ». Entre l’agriculteur de base et Xavier Beulin, il y a la même distance qu’entre le plombier de mon quartier et le patron de Renault-Nissan. La moyenne du salaire patronal entre les gros nababs du CAC 40 et les petits patrons est de 5400 euros mensuels soit 5 fois le Smic.

    Cette moyenne non plus ne veut pas dire grand chose. Elle met dans un même sac les potentats des grandes firmes qui ne sauraient pas changer une lampe chez eux et la masse de ceux qui s’agitent à 70 heures par semaine font le comptable, l’administrateur et le chef d’équipe. Les patrons du CAC 40 se paient en moyenne 4,2 millions d’euros (salaires brut) soit 238 fois le smic ! Depuis l’arrivée des auto-entrepreneurs, la classe patronale est devenue un plus grand fourre-tout où, comme d’habitude, les gros sont cachés derrière la masse de petits qui leur sert de bouclier. Car selon la taille de l’entreprise, les écarts vont de un à quatre-vingt-deux ! Et selon le secteur d’activité, les écarts vont du simple au triple de l’hébergement-restauration aux activités financières. Ce n’est pas le réel qui sous-tend les débats actuels mais un mythe favorable au très grand patronat né de la période d’euphorie libérale.

    La période de grande euphorie qui a suivi la chute du mur et le début de « la fin de l’histoire », bref, cette apothéose de l’ère Thatcher/Reagan, a permis des débauches salariales au sommet de la pyramide qui ont grisé leurs bénéficiaires au point de les rendre aveugles sur le changement d’époque qui est en train de se produire. Même Donald Trump se prononce pour les impôts sur les riches disant que lui milliardaire n’y voyait pas d’inconvénient car il dispose déjà d’assez d’argent. S’il le dit c’est que le fond de l’air a assez changé pour qu’il se rende compte qu’il faut lâcher du lest…

    Cela n’a rien à voir avec la « morale » qu’invoque Hollande juste pour se faire une image dans le domaine. De quelle morale parle-t-il ? Qu’est-ce qu’un niveau de salaire « moral » ? Il se garde bien de le dire ! On pourrait aussi évoquer le bon sens commun. On peut démontrer qu’il est absurde de vouloir un deuxième milliard quand on en possède déjà un. Mais là encore, demander à une activité individuelle d’être rationnelle est mal connaître le cœur humain…

    Selon moi, il faut retirer du débat toute considération autre que celle de l’efficacité pour la collectivité humaine du montant d’une accumulation. À ce compte, la première raison de limiter le salaire des grands patrons est que la part de la richesse qui leur revient déséquilibre trop l’activité de la production. Partout en effet, le partage de la richesse produite a connu une période de terrible ajustement en faveur des puissants. En France on parle du pic de 10% de transfert du travail vers le capital. Ce sont plusieurs dizaines de milliards de moins dans la circulation de l’économie réelle.

    Ce point est crucial. En effet, en pratique dans le monde réel, cette accumulation ne rentre ni dans la consommation ni dans l’investissement. Elle se déploie dans la sphère financière. La vraie première raison de la nécessité de bloquer le processus d’hyperconcentration personnelle de la fortune c’est d’abord qu’il favorise la bulle financière et son expansion au détriment de l’économie réelle. On pourra de la sorte évoquer d’autres aspects qui se rapportent de la même manière à l’intérêt général humain. Par exemple, que l’accumulation de l’hyperfortune pousse aux hyperconsommations ostentatoires qui saccagent l’environnement. Et qui créent en même temps des dépendances économiques au mal quand des entreprises utilisent tout le génie et le savoir-faire technique de leurs producteurs au service de productions ineptes, dangereuses ou hyper polluantes. J’arrête ici cette liste. Mon propos est d’illustrer la nécessité de justifier la décision de limitation des hautes rémunérations par des arguments rationnels qui peuvent être mis en débat et discutés sans se noyer dans le marais d’un discours sur « la morale » à la sauce Hollande ou « les abus » à la sauce Valls.

    En 2012, j’ai proposé la fixation d’un « salaire maximum » défini par une fourchette vertueuse. Il s’agissait de n’admettre qu’un écart de un à vingt entre le plus haut salaire et le plus petit. D’où il suivait que chaque augmentation du sommet entraînerait celle de toute l’échelle des rémunérations dans l’entreprise. Cette proportion de un à vingt est celle que propose la confédération européenne des syndicats (CES). C’est pourquoi nous l’avons choisie plutôt que l’autre échelle non moins vertueuse déjà pratiquée par décret en France : celle qui a cours dans l’économie sociale et solidaire où l’écart de salaire maximum va de un à dix.

    De plus, l’échelle de un à vingt permettait d’argumenter une autre échelle vertueuse que nous proposions. Il s’agit cette fois-ci de l’échelle des revenus (en général). Nous partions de la même proportion : un à vingt. Alors si le revenu médian est de 20 000 euros par an en France, le revenu maximum ne pourrait excéder 400 000 euros. Ce tableau mérite discussion, cela va de soi. Il fut impossible d’en obtenir une. Ni l’UMP ni le PS n’en évoquèrent jamais l’idée. Tout au plus Hollande inventa-t-il la taxe à 75 % à partir d’un revenu d’un million. Cette « taxe » fut finalement imposée à titre transitoire seulement pendant deux ans. Puis il fut déclaré qu’elle serait entièrement payée « par l’entreprise » et non par le bénéficiaire. C’est donc le consommateur qui l’a payée en achetant les produits des entreprises où de tels salaires étaient versés.

    Il semble que nous soyons entrés dans une nouvelle phase de mystification de ce type avec l’appel de Libération et de Cohn-Bendit pour « limiter » l’écart des salaires de un à cent…. SMIC ! Pourquoi cette proportion et non celle proposée par la CES ? Pourquoi et comment 1,75 million est-il un salaire acceptable et moral ? En fixant une proportion ridicule de ce type, sans argumentation, on disqualifie la revendication de la CES qui prend la forme d’une pure surenchère quand un a cent essaie de se donner un air de réformisme bon teint. Évidemment, de toute façon, rien ne se fera cette fois-ci encore. Je vais dire pourquoi et comment. Mais retenons le tour de force manipulatoire réalisé par le PS qui a commandé cette opération mystification sur les salaires des grands patrons ! Libération publie à la une et sur quatre pages, un « appel » et un dossier pour limiter le salaire des dirigeants d’entreprise Avec la signature notamment de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS ! Quel nouvel et agressif épisode du double langage social-bobocrate ! Car la veille même de la parution de ce gag manipulatoire, le PS avait voté à l’Assemblée précisément contre une proposition de loi du Front de Gauche pour limiter les écarts de salaire de un à vingt !

    La falsification est totale dans l’opération de Libération. D’abord parmi les signataires. Les deux porte-paroles du syndicat Solidaires figurent dans la liste publiée dans Libération. Mais ils ont démenti avoir signé ce texte et demandé au journal un rectificatif. Ils protestent contre l’usurpation de leurs noms alors qu’ils ont explicitement refusé leur signature. Leur démenti a un titre clair : « Plafonner le salaire des patrons ? Oui mais pas n’importe comment et pas avec n’importe qui ! ».

    Ce « dossier » est réalisé entièrement dans un but manipulatoire. Y inscrire contre leur gré des gens qui n’en veulent pas en est un premier exemple. Il va de soi que la manipulation, c’est aussi de m’effacer d’un combat que j’ai porté longtemps seul ! Pourtant, dans les cinq pages consacrées au sujet, mon nom n’apparaît pas une seule fois. Pourquoi ? Libération ignore-t-il que le salaire maximum était dans mon programme de 2012 ? Et que je l’ai encore proposé publiquement très récemment à propos de la polémique sur le salaire de Carlos Ghosn notamment ? Pourtant, le journaliste qui signe le papier de cadrage sur la généalogie de l’idée suivait mes meetings en 2012 ! Il prétend avoir écrit une biographie de moi ! Il ne peut donc l’ignorer. L’effacement de ma place sur la photo est donc volontaire.

    Évoquer que je propose de limiter par la loi les écarts de salaire de un à vingt oblige à dire que Hollande n’a rien fait depuis quatre ans ou alors seulement la taxe exceptionnelle à 75 % que le journal se garde bien de rappeler. Il se garde aussi de dire que la limitation de un à cent proposée par Libération, Cohn-Bendit et Cambadélis est une invention du bureau politique de la rédaction et des naïfs à qui elle propose de « signer» sans qu’ils aient le temps de se renseigner ni de savoir qu’ils sont en train de contourner une revendication syndicale européenne. Et quant au chiffre…..Eux-mêmes écrivent que ça laisserait 1,75 millions d’euros de revenus annuels pour les grands patrons ! Pourquoi cette somme plutôt qu’une autre ? Au doigt mouillé, la rédaction qui remplace les syndicats et les partis a fixé le montant de la paye rêvée par son rédacteur en chef ?

    À l’inverse, le journal mentionne très rapidement que les députés PS ont voté contre la limitation des salaires des patrons ! En effet, celle-ci a déjà été examinée en commission, mercredi 18 mai au matin. Les députés PS devaient se prononcer en commission sur un texte sur le sujet déposée par le communiste Gaby Charroux ! Pas de chance ! Le hasard du calendrier fait que cette proposition sera débattue en séance jeudi 26 mai prochain. Le PS va voter contre. Mais il pourra se défausser en disant qu’il a signé la pétition de « Libé » et de Cohn Bendit ! Et Libé se taira. Parce que c’est là toute son utilité.

    Pour ma part, je ne suis pas surpris que cette opération signée PS ait totalement méprisé ma bataille depuis 2012 pour le salaire maximum de un à vingt car le groupe L’Express auquel appartient la rédaction de Libé, qui en partage les locaux, mène une guerre du mépris contre moi, textes et photos, depuis des années sur le thème de l’éditorial de son pauvre rédacteur en chef « Comment en finir avec Mélenchon ? ». Du coup, la haine les aveugle. Enfin, comment ne pas souligner l’ignorance et l’arrogance européo-centrée qui conduit les organisateurs de cette manœuvre à déclarer avec des cocoricos inhabituels que la France serait le premier pays au monde à appliquer une limitation des hauts salaires ? La jet-set socialiste ne sort pas des grands hôtels de l’internationale socialiste, ma parole ! En effet, l’Équateur applique l’échelle de un à vingt depuis plus d’un an. Mais c’est vrai qu’en Équateur comme partout ailleurs, Libération soutient la droite et colporte avec empressement ses jérémiades. Et c’est vrai aussi que le président de l’Équateur a soutenu ma campagne en 2012 !

    Hollande n’a rien fait sur le sujet depuis 2012, je l’ai dit. Mais surtout, le pouvoir s’est ridiculisé en n’étant pas obéi quand il a refusé en tant qu’actionnaire une augmentation au PDG de Renault et que le conseil d’administration est passé outre. À présent, c’est l’heure de l’impuissance publique. Restent les manœuvres et les coups de menton. Encore mardi matin sur Europe1François Hollande s’est contenté d’une énième répétition de cette pose sur le sujet. Il a appelé une nouvelle fois à « l’exigence morale » des grands patrons ! J’ai dit pourquoi c’est un angle bien mauvais. Quel gros salaire est-il « moral » et pourquoi ? Ce n’est pas le sujet ! Depuis 2012, il se cache derrière une prétendue « autorégulation », qui permet toutes les « auto-augmentations » des Ghosn, Tavares et autres ! Hollande n’a évoqué l’hypothèse d’une loi que du bout des lèvres. Et seulement dans le but de « rendre exécutoire » les décisions des assemblées générales des actionnaires. Il n’est donc pas question de limiter les salaires par la loi ! Nouvelle arnaque en vue ! Après l’opération des primaires, voilà une nouvelle occasion où Libération joue le rôle de bulletin paroissial au service du PS et d’une opération de diversion qui provoque la division. Conclusion que je reprends au communiqué de solidaire : « changer le mode de calcul du salaire des patrons : oui mais pas n’importe comment et pas avec n’importe qui ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :