• Turquie : vers un nouveau génocide ?

    Alerte !

     

    Après les tentatives de museler son opposition démocratique et laïque, le HDP, après les pogroms organisés l’été dernier ciblant les magasins et quartiers kurdes, la rupture du cessez-le-feu avec le PKK, Erdogan organise depuis six mois le siège, le couvre-feu et le blocus en vivres , eau, électricité de villes entières dans l’est de la Turquie dans des dizaines de villes du Kurdistan.

    Jusqu’à présent, les couvre-feux ont concerné 20 villes réparties sur 7 provinces et ont cumulé un total de 395 jours.

    Les quartiers visés ont été dévastés, des centaines de civils ont déjà été tués et des milliers d’habitants sont poussés à l’exode.

    Les massacres commis récemment à Cizre, dans la province de Sirnak, sont une illustration de la violence inouïe et des dangers que représentent les couvre-feux : au moins 165 civils qui s’étaient réfugiés dans des sous-sols pour se protéger face aux offensives des forces de sécurité ont été ciblés et tués par les bombes de l’armée turque.

    Des nouvelles alarmantes nous parviennent du district de Sur, cœur historique de Diyarbakir, sous couvre-feu depuis le 11 décembre. 200 civils, y compris des enfants et des personnes blessées, sont piégés dans des sous-sols. Les dirigeants et les députés du HDP ont tenté de dialoguer sans résultat avec le gouvernement pour évacuer les personnes blessées.

    L’objectif d’Erdogan et de son premier ministre Davotoglu, est d’éclater et détruire petit à petit le Kurdistan turc avec des méthodes qui rappellent le début du génocide arménien en 1915.

    Le fait qu’aujourd’hui Erdogan fasse une référence explicite à Adolf Hitler comme modèle de régime présidentiel interpelle les démocrates mais devrait inciter le gouvernement français à condamner ces agissements.

    Or, la voix de la France est étrangement muette sur la situation en cours.
    Cette complicité est, bien sûr, à mettre en lien avec l’appartenance conjointe de la France et de la Turquie à l’OTAN et avec les tristes marchandages politico-financiers pour faire en sorte qu’Erdogan garde les réfugiés syriens sur son sol.

    Le Parti de Gauche participe à toutes les initiatives de solidarité avec notre parti frère, le HDP et le mouvement de libération kurde qui mériterait d’avoir tout le soutien politique et logistique de la communauté internationale pour sa lutte héroïque contre Daesh au Rojava dans le Kurdistan syrien.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :